Reprise d’une réflexion ancienne sur une question actuelle

Le bioterrorisme

25 avril 2020

13 mn de lecture

 

[NDLR : après l’épidémie de SRAS, à la demande du gouvernement français, le professeur Didier Raoult rédiga en 2003 un rapport sur le bioterrorisme et les risques épidémiologiques (à lire ici). Il y pointait l’impréparation du système de santé français en cas de pandémie et recommandait la mise en place d’une nouvelle politique de santé capable de mieux anticiper les risques épidémiologiques (dont il prédisait le développement futur dans un contexte de monde interconnecté). Il mettait alors en garde contre les risques de débordement des services de santé français, et recommandait de doter les hôpitaux d’infectiopôles, notamment d’unités de fabrication de tests, afin de repérer le plus vite possible, et le plus tôt possible, les premiers malades. Fort de cette expertise, Didier Raoult avait rédigé en 2006 l’article ci-après consacré au bioterrorisme dans le premier opus de DSI Hors-Série consacré au terrorisme].

Les maladies contagieuses ont été utilisées très tôt comme armes de guerre. Au XIVe siècle, au siège de Kaffa, les cadavres ont été jetés dans la ville assiégée pour y transmettre la peste. Dès le début de la culture des micro-organismes, les micro-organismes pathogènes sont devenus une arme potentielle. Cette stratégie a été assez peu développée en France, probablement pour des raisons structurelles. En effet, les armes françaises sont plus directement liées au génie et aux ingénieurs, car la formation des officiers en charge de la Défense est essentiellement celle de l’École polytechnique, où la formation de biologiste est restée très longtemps marginale. Quoi qu’il en soit, durant la Première Guerre mondiale, les Allemands ont utilisé les cultures microbiennes, en particulier celles de bactéries destinées à créer des épidémies chez les chevaux, encore très utilisés durant ce conflit. Entre les deux guerres, de nombreux essais de mise au point d’armes bactériologiques ont été réalisés.

L’arrêt de la prolifération

Les programmes de recherche sur les bactéries ont été menés à la suite de la Seconde Guerre mondiale, mais sont peu à peu tombés en désuétude. En 1969, Richard Nixon prit la décision unilatérale d’arrêter toute recherche microbiologique à des fins de guerre. Il ferma les centres de recherche aux États-Unis et proposa un traité international de désarmement, qui fut signé par la plupart des pays, y compris l’URSS, en 1975. Depuis, plus personne n’était censé manipuler les agents extrêmement infectieux. Le virus de la variole lui-même ne devait plus être stocké que dans deux laboratoires au monde (un aux États-Unis et un en Russie) et être conservé, sans être cultivé, afin de conserver l’originalité de cette souche, sans la propager, pour éviter de déclencher à nouveau une épidémie. En effet, la variole était la seule maladie que l’humanité avait réussi à éradiquer complètement de la surface de la terre. Dans l’esprit de la plupart des responsables occidentaux, la question du bioterrorisme ne se posait plus et la vigilance et le développement technologique défensif dans ce domaine avaient été abandonnés. Brutalement, trois événements, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, ont bouleversé cette perception.

La chute de l’URSS, à partir de 1989, a permis la diffusion d’informations en provenance de ce pays, qui confirmèrent les soupçons que l’on avait concernant le bioterrorisme. On eut alors la confirmation qu’une épidémie de fièvre inexpliquée avec pneumonie et encéphalite survenue à Sberos avait été déterminée par un accident lié à un laboratoire militaire cultivant en secret la bactérie du charbon. Pour une raison ou pour une autre, des spores de charbon s’étaient échappées du laboratoire, le vent les avait emportées, et certains des habitants vivant sous le vent du laboratoire avaient présenté une pathologie mortelle. Le diagnostic a été confirmé par des techniques d’identification moléculaire sur des biopsies prélevées chez ces patients (aux États-Unis) et Boris Eltsine a reconnu les faits en 1992. Cela montrait que la Russie avait continué un programme militaire, en dépit de la signature de l’accord de non-prolifération.

La nouvelle ère du bioterrorisme

L’ampleur du phénomène est toutefois restée inconnue jusqu’à ce que des chercheurs russes en charge du programme de bioterrorisme (Biopreparat) choisissent de s’installer aux États-Unis et de raconter leur histoire. Ken Alibek, en particulier, qui dirigea une partie du programme russe sur le bioterrorisme, écrivit un livre et fit des révélations qui ont terrifié le monde. Il révéla ainsi que jusqu’à 10 000 chercheurs en URSS avaient consacré leur énergie à la production d’armes potentielles de bioterrorisme à usage militaire, que le virus de la variole avait été propagé dans des quantités considérables, que des souches plus virulentes avaient été sélectionnées et que des souches résistantes à la vaccination avaient été propagées avec succès. Cette déclaration, associée au diagnostic de quelques cas de variole chez des passagers américains faisant une croisière sur la mer Noire en face d’un site maintenant reconnu de propagation du virus de la variole, ont suscité une grande inquiétude. D’autant que les personnes infectées par la variole en 1971 avaient été vaccinées. Incontestablement, cette propagation du virus de la variole, et l’inconnue qui a suivi l’effondrement du communisme en URSS, sont les éléments qui inquiètent le plus. En effet, nul ne sait si l’ensemble des lots de virus ont été conservés en Russie ou si certains ont pu être détournés, voire vendus à des terroristes ou à des États désirant les utiliser. Dans ce même livre, Ken Alibek racontait les essais de propagation du typhus avant guerre, de la fièvre Q, de la peste, de la tularémie et du charbon.

Le 11 septembre et ses conséquences

Après les attentats du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles du World Trade Center, un état de panique s’est installé aux États-Unis, incluant la crainte d’un risque de bioterrorisme. Il y avait déjà eu quelques tentatives plus ou moins réussies d’infection de denrées alimentaires par des terroristes, et le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a immédiatement délégué à New York des officiers de santé pour détecter d’éventuels cas de charbon. C’est toutefois en Floride que le premier cas sera diagnostiqué, avec des conséquences spectaculaires. En effet, il y eut au total 18 infections, dont 5 morts par spores de charbon expédiées par courrier durant l’automne 2001. Cette affaire a provoqué un bouleversement radical. D’abord, le nombre de publications sur le bioterrorisme a brutalement augmenté pour atteindre, depuis 3 ans, plus de 1 000 articles annuels. Le financement du bioterrorisme a connu une augmentation spectaculaire, en particulier aux États-Unis, où il se situe depuis à 2 milliards de dollars par an. Il est vraisemblable que l’adhésion de la population de ce pays au principe de la guerre en Irak a été motivée en grande partie par la peur du bioterrorisme à la fin de 2001. Au total, peu d’actes ont eu des conséquences aussi spectaculaires pour un coût aussi modeste, ce qui a relancé les besoins affichés de la société pour la gestion de ce problème.