COVID 19, ATTENTION AUX FAKE NEWS



Covid 19 : infodémie, la vague déferlante des fakes news (1)

Pour le citoyen lambda difficile de se repérer dans la vague montante et incessante d’informations qui déferle en flux continu, 24h/24, concernant le Covid 19. Les canaux sont multiples : télévisions, radios, réseaux sociaux, Internet, presse écrite, échanges privés par mails, textos, etc…

La crise est d’ampleur, les rouages médiatiques sont en emballement, comme jamais. Il y a l’information de sources officielles (ministères de la santé, de l’intérieur, Elysée, Matignon, OMS, etc), il y a ensuite les sources journalistiques et les sources privées des citoyens – citoyens avertis ou non, experts ou profanes.

Dans ce tsunami informationnel se glissent de façon malveillantes (parfois à l’insu de l’émetteur qui n’a rien recoupé ni vérifié, ou qui a tronqué une partie du message, le sortant de son cadre de base) des rumeurs, des informations fausses, des thèses de complots divers et variés, des hoax, des fakes news. Ces fausses informations ont une capacité virale (c’est le cas de dire) énorme. Elles inquiètent, elles déforment les faits ou en inventent et donc sont transmises par beaucoup de monde. Le mobile est souvent de “vouloir bien faire”, ou bien de signifier “j’ai la bonne info via mes réseaux et je vous informe en priorité” (souvent quelques dizaines d’émetteurs en quelques heures touchent des milliers de cibles qui elles mêmes retransmettent par tous les moyens possibles en leur possession la fake new). C’est ainsi que certains sites ou certains particuliers se font les ambassadeurs (volontairement ou non) de fake news.

Régulièrement, en fonction de l’actualité, nous publierons sur le site IHEDN AR14 un point sur la situation des fakes news liées aux questions du Covid 19, puisqu’en lien direct avec la sûreté du pays, permettant à chacun de se repérer.

Globalement il faut retenir qu’une information valide a toujours une source clairement identifiée (un nom de personne et/ou d’institution, un organisme d’état et doit être datée). On ne reste jamais dans le flou (un cadre hospitalier, ma voisine qui est infirmière, un pompier que j’ai croisé, etc). L’info doit être sourcée. Un scientifique s’il veut faire remonter une information, par exemple, ne diffusera jamais par les réseaux sociaux, mais prendra bien la précaution de contacter la presse (conférence de presse, communiqué de presse) ou une agence comme l’AFP (Agence France Presse). La presse, malgré les défauts que certain lui reproche, aura toujours un impact supérieur et prendra généralement le temps de recouper et vérifier l’information, apportant donc un crédit à l’information, employant le conditionnel s’il le faut.

Le traitement de l’information est un métier, même si la chronique journalistique a montré dans le passé certaines rares défaillances, comme l’annonce fausse de l’arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès. Mais justement, sur un exemple comme celui-ci, les vérifications ont introduit dès le début de la diffusion de l’ info un doute, qui dans les 24h a été corrigé, simplement en vérifiant qui était vraiment la personne arrêtée en question.

Jean-Pierre TROADEC – Christophe REVILLE

Sur ce lien les vérifications faites par l’AFP sur un certains nombre de rumeurs liées au Covid 19

https://factuel.afp.com/le-coronavirus-les-verifications-faites-par-lafp

(1) Les fake news (en français infoxinformations fallacieusesfausses informations ou fausses nouvelles, constituent une information mensongère délivrée dans le but de manipuler ou tromper un auditoire. Prenant une importance singulière à l’ère d’internet, elles peuvent émaner d’un ou plusieurs individus (par le biais de médias non institutionnels, tels les blogs ou les réseaux sociaux), d’un ou de plusieurs médias, d’un homme d’Etat ou d’un gouvernement.

Les fausses nouvelles participent à des tentatives de désinformation, que ce soit via les médias traditionnels ou via les médias sociaux, avec l’intention d’induire en erreur dans le but d’obtenir un avantage (financier, idéologique, politique, etc.). Les articles de fausses nouvelles emploient souvent des titres accrocheurs ou des informations entièrement fabriquées en vue d’augmenter le nombre de lecteurs et de partages en ligne.