LYON OCCUPE 1940-1944

Gérard Chauvy, correspondant de presse et historien, nous livre en cette fin d’année 2019, un nouvel ouvrage remarquable. Remarquable par son contenu rédactionnel, son iconographie et son format, type livre d’art : Lyon occupé 1940-1944, Editions Lyonnaises d’Art et d’Histoire.

Gérard Chauvy nous confie : “c’est un peu un livre testament, c’est la 3ème édition en fait de ce livre (1983 et 1985), représentant 40 ans de travail sur la second guerre mondiale ; notamment sur ce qui s’est déroulé à Lyon et dans la région. Dans l’édition 2019 je publie une importante iconographie exclusive (près de 200 photos, ndlr) provenant notamment de fonds des archives départementales jamais utilisées ainsi que de collections privées”.

19 juin 1940 ! Lyon s installe dans l’atmosphère pesante d une ville occupée. Tout Lyonnais qui arrive sur la place des Terreaux peut désormais voir flotter sur le porche de l’Hôtel de Ville le drapeau à croix gammée des vainqueurs d’une guerre éclair. Sur les places, dans les grandes artères, sur les bas-ports du Rhône s’entasse et défile un matériel de guerre impressionnant, qui accroît le triste ressenti de l’impuissance militaire française. Cette première occupation dure un mois, période durant laquelle le vainqueur est allemand et le fait sentir, alors que le régime installé à Vichy impose « le temps d une cure », qui dérive vers l’exclusion et la collaboration. La petite note insérée dans la presse, considérant « comme non avenues » les déclarations à la radio de Londres du général de Gaulle, donne le signal d une Résistance qui ne lâchera rien à l’ennemi. Jusqu’à faire de Lyon, ville-refuge, et à nouveau occupée de novembre 1942 à septembre 1944, une « capitale de la Résistance ». Voilà racontée cette période de juin 1940 à septembre 1944, durant laquelle il fallait bien que la vie continue à Lyon, comme à Villeurbanne, Oullins, Caluire, une vie ponctuée d actes héroïques et de déchirures douloureuses, d’espoirs fous et de désillusions sévères, de pertes irrémédiables aussi… Plus de deux cents documents, pour la plupart inédits, ponctuent un parcours dont beaucoup ne reviendront pas indemnes.

Ce livre s’inscrit dans la suite des ouvrages traitant de la seconde guerre mondiale, de la résistance, de la vie des français, ciblés sur Lyon, faisant oeuvre de mémoire. Gérard Chauvy a su traiter ce sujet dans un style documentaire et historique agréable à la lecture, pouvant intéresser le plus grand nombre. Il a séquencé le livre en chapitres de 1940 à la libération, sachant trouver les anecdotes qui rendent le récit très vivant, revisitant totalement le texte, au regard de ses premières éditions. Les photos et documents publiés permettent aux lecteurs de replonger dans cette époque funeste, montrant la vie quotidienne, mais aussi des scènes militaires. Un regard particulier est porté sur la reproduction de documents d’époque (tracts, affiches, coupures de presse) qui donnent du relief au récit. L’iconographie du livre Lyon occupé 1940-1944 est la valeur ajoutée incontestable de l’ouvrage, en sus d’un texte décryptant cette époque complexe. Trop souvent cette période est traitée sans image, alors qu’elles existent dans les fonds documentaires.

Gérard Chauvy a donné également un éclairage particulier sur l’action et le sort des francs-maçons lyonnais et de leurs loges durant l’occupation à Lyon. Généralement les livres sur cette époque trouble passe cet épisode sous silence et renvoient à les livres spécialisés sur la franc-maçonnerie.

Ainsi on apprend que dès 1941 une décision gouvernementale met en place un “service des sociétés secrètes”. Des circulaires ministérielles confirment la “nullité” de certaines associations secrètes : le Rite ancien et primitif de Memphis-Mizraïm, l’Ordre Martinistes et l’Eglise catholique gnostiques, basées à Lyon. Loges maçonniques, groupements occultes ou mystiques, rien n’échappe au système de Vichy, collaborant avec le régime nazi. La salle Molière sera le lieu, en 1941, d’une conférence faite devant les autorités lyonnaises et les représentants de la municipalité pour dénoncer : “l’énorme quantité d’archives, de documents et de papier qui ont pu être exhumé sur cette société occulte”, la franc-maçonnerie.

Le livre de Gérard Chauvy donne un éclairage fort sur cette période de l’occupation à Lyon, permettant ainsi au devoir de mémoire de s’exercer. Un livre à recommander pour comprendre cette période.

Jean-Pierre TROADEC

L’ouvrage Lyon occupé 1940-1944 paru le 15 octobre est disponible au prix de 29 € aux Éditions Lyonnaises d’Art et d’Histoire, 3, quai Claude-Bernard, Lyon 7e. Tél. 04.78.72.49.00.

Extrait de la bibliographie de Gérard Chauvy :

  • Les archives de la police scientifique française, Hors Collection, 2013
  • Hitler, le pouvoir et l’argent, Ixelles éditions, 2013
  • Histoire sombre de la Milice, Ixelles éditions, 2012
  • Le Drame de l’Armée française, Flammarion, 2010.
  • Lyon criminel. Cent ans de crimes à Lyon, Éditions des Traboules, 2005.
  • Lyon, 1940-1947. L’Occupation, la Libération, l’épuration, Perrin, 2004.
  • Lyon. Les années 40, Éditions La Taillanderie, 2004.
  • Les Acquittés de Vichy. Non-lieux et acquittements pour faits de résistance dans les procès de la Libération, Perrin, 2003.
  • Lyon disparu, Éditions lyonnaises, 2003.
  • Vichy en haute cour, Perrin, 2002.
  • La Croix-Rouge dans la guerre, 1935-1947, Flammarion, 2000.
  • Aubrac, Lyon 1943, Albin Michel, 1997.
  • Lyon, 40-44, Payot, 1993.
  • Histoire secrète de l’Occupation, Payot, 1991.
  • La Gestapo Française, Philippe Valode et Gérard Chauvy, Acropole, 2018
  • Les éminences grises du nazi, Ixelles, 2014