Notre prochaine Table d’Hôtes : Le député Thomas GASSILLOUD, lundi 4 novembre 2019

“le climat, un enjeu de défense”

de 12h15 à 14h

Accueil de 11h45 à 12h15

Banque de France, 4Bis Cours Bayard, Lyon Confluence. Inscriptions obligatoires ici

Déjeuner-débat – P.A.F 20 € à régler sur place.

“Avec la révolution numérique, le dérèglement climatique constitue le grand défi auquel doivent se confronter les politiques publiques ces trente prochaines années. La Défense n’échappe pas à ce constat. Afin de la traiter de la manière la plus juste, c’est une triple vision qui doit porter la réflexion du ministère des Armées. 


Géostratégique d’une part. Avant d’engendrer des catastrophes naturelles d’un degré apocalyptique, le dérèglement climatique provoquera le bourgeonnement de crises sur l’intégralité du globe, notamment dans les zones actuelles de conflits. Les guerres de l’eau au Moyen Orient, les tensions en Arctique avec la fonte des glaces, la monté des eaux au Pakistan et au Bangladesh, la désertification des zones arables en Afrique subsaharienne, seront autant de facteurs favorisant l’explosion des flux de réfugiés climatiques à l’horizon 2050.

C’est également un enjeu capacitaire. Que ce soient les semelles des rangers de nos troupes ayant fondu sur les pierres brûlantes de l’Adrar des Ifoghas ou les hélicoptères cloués au sol par les chaleurs dans les déserts afghans et sahéliens, les armées doivent se préparer à faire la guerre avec deux degrés de plus.

Enfin, avec la première empreinte environnementale de l’état, le Ministère des Armées se doit d’opérer une transition énergétique. Plan solaire, préservation des espaces verts, hybridation des véhicules sont autant de travaux enclenchés par les armées pour combattre à son niveau le dérèglement climatique.”

Ces thèmes très actuels seront traités et présentés par M. Thomas Gassilloud, député du Rhône, membre de la commission de la défense nationale et des forces armées, rapporteur du budget de l’armée de terre 2019, auditeur Ihedn en cours de session nationale.