Intelligence économique et sécurité-sûreté

Les hommes qui font l’innovation : Simon HOAYEK


Il a connu la fuite depuis le Liban, son pays d’origine, en 1991 devant l’invasion des forces syriennes. Chassé par la guerre, il creuse petit-à-petit son trou en France, avec un passage aux Beaux-Arts et des « petits boulots » dont celui d’agent de sécurité. Une vocation. Il se sent véritablement « artisan de la sécurité », et pour suivre cette vision il monte sa société en avril 1999 à Lissieu, près de Lyon. Elle porte le nom de sa ville d’origine : BYBLOS.

C’est le début d’une grande aventure qui, près de vingt ans après, porte près de 2 000 salariés et des antennes partout en France.

Cette vision, Simon HOAYEK en fait une réalité chaque jour. Très éloignée de l’image passéiste et péjorative du métier réduite à celle du gardien de nuit plus ou moins éveillé, elle propose au contraire une réponse optimale aux enjeux d’aujourd’hui : sûreté et lutte contre les agressions extérieures. Cela passe par la détection des menaces – certaines sont inconnues, dans le monde cyber comme dans le monde physique – par une analyse professionnelle des signaux faibles comme forts, avant de mettre en place leur neutralisation. Et ceci sans outrepasser le droit, qui régit particulièrement la protection des individus comme le champ d’action des Agents de Sécurité Privée. La réponse cumule des facteurs humains et des facteurs technologiques, une véritable intelligence des risques notamment dans les moyens vidéos. Au delà de cela, à partir du cahier des charges du client, il s’agit de proposer une prestation de service à valeur ajoutée, qui garantit un véritable retour sur investissement : la sécurité contribue à l’économie de l’entreprise. Ceci dans un contexte complexe (sites fixes, sites mobiles, mise en place et démontage des dispositifs de plus en plus rapides,…), le tout avec une visée internationale puisque le marché est mondial.

Le cadre réglementaire du métier est une donnée essentielle, d’autant plus que l’heure est à la coproduction, à la coopération pour garantir une offre de sécurité entre public et privé. La création du Conseil National des Activités Privées de Sécurité a apporté, conformément aux souhaits des syndicats professionnels, une meilleure clarté dans le cadre juridique, une formation minimale des agents et un contrôle de ces activités ; beaucoup reste à faire pour éradiquer le dumping social et commercial pratiqué par certaines officines de sécurité : prestations bradées, sous-traitance en cascade, rémunérations peu ou mal payées, déclarations sociales minorées ou oubliées… Une concurrence déloyale et illégale qui est malheureusement soutenue par certains donneurs d’ordres qui préfèrent acheter un prix plutôt qu’une prestation de qualité. Les barrières s’instaurent peu à peu, notamment grâce à la loi Sapin II. Mais de grandes marges de progrès subsistent, dans le sens de l’amélioration de la qualité des prestations et des personnels, adossée à une technologie maîtrisée ; la pression de la clientèle évolue peu à peu. La formation et le maintien des compétences des agents ont atteint un bon niveau – mais de nouveaux enjeux apparaissent, avec par exemple l’instauration en cours de l’armement de certains agents pour des mission spécifiques et l’élargissement du périmètre d’action – un exemple : les transfèrements de détenus non dangereux… Cette montée des compétences nécessite des moyens. Il faut aussi anticiper les nouvelles menaces si l’on veut proposer des solutions expertes.

Anticipation : BYBLOS GROUP veille et entretient des relations avec les « jeunes pousses » spécialisées dans les nouvelles technologies pour détecter de nouvelles opportunités d’outils de défense. Par exemple, c’est l’étude d’un micro très sensible (qui détecte le battement d’ailes des chauves-souris) qui a permis de développer de nouveaux équipements anti-drones malveillants. La technologie apporte de nouvelles possibilités en détection, de communication, de déplacement et de neutralisation des menaces. BYBLOS GROUP développe de nouvelles filiales sur ces nouveaux métiers, et s’adapte sans arrêt au nouveau paradigme du monde de la sécurité.

Nouvelles menaces : au-delà de la simple augmentation de la violence urbaine, ce sont aussi les effets de la nouvelle économie qui amènent une nouvelle délinquance – même si ce sont toujours les mêmes mafieux qu’autrefois, avec des méthodes différentes… Avec des chiffres éloquents : ainsi par exemple une plate-forme « dark web », démantelée en janvier dernier, avec un palmarès de quelque 500 millions de US$ hackés. Les dangers proviennent de l’espace numérique ; la réponse est elle-même numérique, adossée à de solides compétences humaines. Les clients recherchent maintenant une certaine forme de garantie de sécurité ; il n’est pas facile d’être un « tiers de confiance » dans cet environnement où même les forces de police sont peu ou mal armées.

D’où la nécessité d’avoir également une éthique de travail et une moralité inattaquables. Le CNAPS y veille par le contrôle des sociétés de sécurité et de la formation des agents, mais BYBLOS GROUP va de l’avant. Le budget consacré à la formation des agents est bien supérieur à l’enveloppe réglementaire. Actuellement sous contrat avec trois organismes paritaires de financement de formation (bientôt six), BYBLOS GROUP expérimente de nouvelles façons de travailler avec les jeunes et développe, en plus de son institut de formation d’agents intégré BLUE CONCEPT, un projet de centre de formation dédié aux managers. Sans compter sa participation très active à la création du Campus Européen de la Sécurité – qui réunit dans notre région les partenaires institutionnels, publics comme privés, et les grands donneurs d’ordre des métiers de la sécurité.

Accent sur la formation oui, mais aussi un état d’esprit d’entreprise experte et engagée moralement et socialement. Un esprit très « service public », de dévouement à une cause, la sécurité, tout en conservant sa position de pôle économique soumis aux réalités des marchés.

En termes de qualité du recrutement, c’est aussi un leitmotiv : faire venir les jeunes vers les professions de la sécurité, leur proposer une formation, un accompagnement, une évolution et une carrière. Les résultats sont au-delà des espérances. Au besoin en bousculant les rigidités : obtenir par exemple la validation CNAPS de la formation de 150 jeunes recrutés à la Réunion, en 48/72 heures au lieu d’un mois…

FOCUS : BYBLOS GROUP  

Acteur national et groupe indépendant, BYBLOS GROUP offre à ses clients des solutions globales conjuguées à une approche personnalisée et intégrée en matière de sécurité des personnes, des biens et des données, mais également dans les domaines de l’accueil et de la formation.

Assurer la sûreté relève d’une chaîne complète de métiers allant de l’ingénierie au conseil que BYBLOS GROUP maîtrise et contribue à faire progresser. BYBLOS GROUP a ainsi créé une alliance de l’Homme, de l’outil et du savoir au sein d’un dispositif unique, cohérent et évolutif, au service du client.

Cette innovation permanente dans le service est permise par la fertilisation croisée des 6 expertises du groupe : Audit & Conseil en formation, Sécurité technique/électronique, Sécurité évènementielle, Sécurité humaine, Accueil des publics et Sécurité anticipative. Architecte de la sécurité, BYBLOS GROUP propose à ses clients des solutions dédiées et sur-mesure.


BYBLOS GROUP est un des dix membres fondateurs, avec d’autre grands de la sécurité, du collectif « urgence Sécurité » qui s’engage dans la réflexion et l’action pour répondre à la crise que traverse actuellement son secteur d’activités. En pleine communion de vues avec le CNAPS ou encore le SNES et l’USP, les deux syndicats représentatifs de la profession – en cours de rapprochement par ailleurs.

En savoir plus :

consulter le site

http://www.byblos-group-holding.com/

Christophe
Réville 11-2018

©
crédit Photo BYBLOS GROUP