Cyber, les nouvelles

Les nouvelles cybermenaces

” Les cyberattaques prennent sans cesse de nouvelles formes ” nous révèle la déléguée générale du Clusif
(Club de la sécurité information français). Voir l’interview


LE NOMBRE DE CYBERATTAQUES PAR MAIL 

EXPLOSE EN 2018

email malveillant

Au cours du premier semestre 2018, les deux tiers du trafic d’emails n’étaient pas ” propres “, selon une étude publiée récemment.


Sur la base de l’analyse d’un échantillon de plus d’un demi-milliard d’emails lors du premier semestre 2018, FireEye, l’un des spécialistes mondiaux de la sécurité réseau, a constaté que moins d’un tiers du trafic de courrier électronique observé au premier semestre 2018 était considéré comme ” propre ” et effectivement livré dans une boîte de réception. Un email sur 101 avait une intention malveillante.

L’email est non seulement la forme de communication la plus répandue, mais c’est aussi le vecteur le plus populaire pour les cyberattaques. Cela fait de l’email la plus grande vulnérabilité pour chaque organisation “, explique Ken Bagnall, vice-président de la sécurité de la messagerie chez FireEye. “Des logiciels malveillants aux attaques sans charges malveillantes, en passant par les attaques d’usurpation d’identité comme la fraude au PDG, un seul email malveillant peut causer des dommages importants à la marque et des pertes financières. En choisissant une solution de sécurité de messagerie avec des fonctionnalités basées sur les connaissances en temps réel acquises sur le terrain, et en apprenant aux utilisateurs à toujours s’assurer qu’ils communiquent bien avec les individus avec lesquels ils pensent communiquer, les entreprises peuvent mieux se défendre contre les attaques.” 

Avec le développement des solutions de sécurité axées sur la détection des logiciels malveillants, les cybercriminels adaptent maintenant leurs attaques, exposant les entreprises à des attaques sans charges malveillantes. En fait, la majorité des attaques bloquées (90 %) pendant l’analyse étaient sans logiciels malveillants, les attaques d’hameçonnage (phishing) représentant à elles seules 81 % des emails bloqués sans codes malveillants, soit presque le double entre janvier et juin 2018. Les données indiquent également que les attaques d’hameçonnage continueront d’augmenter, tandis que les attaques d’usurpation d’identité demeurent relativement proportionnelles au nombre total d’attaques observées.