L’Institut de Recherche Stratégique de l’École militaire (IRSEM) publie ses deux dernière notes géopolitiques



Note de recherche n°39 :

« La BITD turque, de la coopération à l’autonomie»

de Nicolas MAZZUCCHI.

Cette note montre de quelle manière, depuis une dizaine d’années, la Turquie s’est imposée comme un acteur important du marché des équipements de défense. Cette situation nouvelle d’un pays passé en quelques années d’importateur majeur à exportateur de matériels aussi bien terrestres qu’aériens ou navals, s’inscrit dans une stratégie nationale assumée. Au début des années 1960, la Turquie fait le choix, pour des raisons d’indépendance stratégique, de créer un complexe militaro-industriel national, sous la tutelle des forces armées. Important des matériels de pays alliés jusque dans les années 1980, Ankara s’est progressivement servi de ses entreprises de défense – après une réorganisation du secteur à la fin de la décennie – pour obtenir des transferts de technologies de la part des partenaires étrangers, majoritairement américains et européens. Grâce à l’apprentissage au long cours, tant de la technologie que du management de projets complexes, les entreprises de défense turques sont lancées, depuis la fin des années 2000 dans une stratégie de développement de nouveaux matériels. Passées de la production sous licence à l’innovation, les entreprises turques des secteurs terrestre, aérien et maritime sont aujourd’hui des concurrents assumés des sociétés européennes, en particulier vers les marchés ciblés par Ankara pour leur proximité géopolitique ou leur intérêt économique.

Au moment même où se déroule le premier tour de l’élection présidentielle de la République islamique d’Iran, l’IRSEM a le plaisir de vous informer de la parution de la Note de recherche n°40 intitulée :

« Où va l’Iran à l’heure de l’élection présidentielle de mai 2017 ? »

de Pierre RAZOUX.

Dans cette note de recherche, Pierre Razoux, directeur de recherche à l’IRSEM, éclaire les enjeux à court, moyen et long terme de l’élection présidentielle iranienne, qui survient dans un contexte régional très tendu. Celui-ci présente autant de risques que d’opportunités pour le régime iranien. Cette note identifie d’abord les défis régionaux immédiats puis analyse la situation intérieure (politique, économique et sociétale) avant de s’intéresser aux capacités réelles des forces armées iraniennes et à la complexité des politiques extérieures d’un pays à la croisée des chemins, oscillant entre Islam idéologisé et nationalisme patriotique

Retrouvez ces notes ainsi que d’autres publications et actualités sur le site : www.defense.gouv.fr/irsem