Auvergne résistante : parution du dernier opus de Manuel Rispal “La Libération désirée”

Après le tome premier, consacré aux parachutages et aux terrains de parachutage alliés dans la région, Manuel Rispal nous livre les témoignages d survivants des déportations et dresse un mémorial à ceux qui ne sont pas revenus. Plus d’information à découvrir ici.

La Libération désirée tome 2 Massif central 

1940 – printemps 1945

par Manuel Rispal, historien de terrain

Carnet de Patrice Berméjo, maquisard, déporté à Dachau, complété par le Mémorial du Train de la mort (153 biographies de déportés liés au Massif central, morts dans ce train vers Dachau, du 2 au 5 juillet 1944), et par une reconstitution graphique de ce train, wagon par wagon.

Plusieurs portraits figurent en couverture :

  • Patrice Berméjo, né à Cransac (Aveyron), maquisard à Prendeignes et Saint-Perdoux (Lot), arrêté à Maurs (Cantal), interné aux maison d’arrêt d’Aurillac (Cantal), de Riom (Puy-de-Dôme), puis au camp de transit de Compiègne (Oise), déporté par le Train de la mort (du 2 au 5 juillet 1944) entre Compiègne et Dachau (Allemagne), transféré aux camps d’Allach et de Kaufbeuren (Allemagne) avant sa libération à Allach.
  • Olivier de Framond, résistant raflé à Marvejols (Lozère), interné à Compiègne, mort en déportation.
  • Serge Wourgaft, échappe à l’arrestation à Marvejols, arrêté à Florac, interné au camp de Compiègne, déporté à Buchenwald (Allemagne).
  • Marcel Bourloton, né à Aurillac (Cantal), maquisard du maquis d’Isserteaux (Puy-de-Dôme), tué à Lezoux (Puy-de-Dôme).
  • Robert Alart, maquisard du maquis d’Isserteaux, arrêté à Brousse (Puy-de-Dôme), interné au camp de Compiègne, déporté à Buchenwald (Allemagne).
  • Freddy Cardozo, chef de la mission Benjoin, parachuté au Mont-Mouchet, commune de Chastel (Haute-Loire), agissant ensuite sur le Massif central.
  • Henri Vayssettes, fondateur d’un maquis dans le Figeacois (Lot), arrêté à Decazeville (Aveyron), interné au camp de Compiègne, déporté à Buchenwald.
  • Marie Jeantet, agent de liaison de Claudius Jeantet et de Serge Ravanel, à partir de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).
  • André Jamme, agent instructeur saboteur, parti de l’aérodrome de Tempsford, au nord de Londres, parachuté aux Luzettes (limite Cantal-Lot), actif dans le Midi toulousain et le Tarn, compagnon de la Libération.
  • Maurice Heckmann, agent opérateur radio du BCRA, parti de l’aérodrome de Blida (Algérie), parachuté aux Luzettes (limite Cantal-Lot), actif sur le Cantal après les combats du Mont-Mouchet, puis dans le midi toulousain et le Gers.
  • Karol Pajer, Slovaque antinazi, instituteur d’enfant juifs à Vence (Alpes-Maritimes), replié en Creuse et à Billom (Puy-de-Dôme), maquisard FFI du Mont-Mouchet, mort aux combats du pont du Crépoux (commune de Pinols, Haute-Loire), honoré dans sa commune de naissance à Klenovec (Slovaquie).

La libération du joug nazi, fasciste ou collaborationniste est le point commun qu’avaient les résistants, actifs ou sédentaires, les envoyés du ciel, les réfractaires au Service du travail obligatoire, les réfugiés qui avaient dû fuir leur patrie, leur région, leur domicile…

Cette libération était désirée, loin de chez eux, par les déportés ne Allemagne, en Autriche, en Pologne, en Italie, dans les territoires annexés par le Reich allemand.

Tout ce que leur énergie, leur détermination, leur ruse, leur technique leur permettait de réaliser allait dans le sens de cette Libération désirée, universelle et qui ne peut se limiter à un espace géographique restreint.

Beaucoup n’eurent pas la chance de voir le ciel bleu et dégagé de cette Libération, parce qu’ils sont tombés au combat, sous les balles, sous la répression, parce qu’ils étaient à bout de force.

Ce livre privilégie l’action des femmes et des hommes, et les suit dans leur soif de liberté.