RAPPORT D’INFORMATION de LA COMMISSION DE LA DÉFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMÉES sur les conséquences du rythme des opérations extérieures et sur le maintien en condition opérationnelle des matériels

“À l’achèvement de la Guerre froide, d’aucuns ont cru voir le monde entrer dans une ère post-historique et post-tragique, libérée des conflits. Les pays industrialisés espéraient toucher les « dividendes de la paix » et ont réduit en conséquence leurs budgets de défense. Certains observateurs avaient prophétisé « la fin de l’Histoire » (1) et l’avènement, à terme, de la démocratie libérale en tant que régime universellement partagé dans un monde globalement apaisé.

Mais « l’Histoire avance à pas de colombe » comme l’écrivait Hegel, lui-même penseur précurseur de la fin de l’Histoire. Elle a fait son retour dans le monde – qu’elle n’avait en réalité jamais quitté –, et cette Histoire impose ses réalités au politique.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et des conflits liés à la décolonisation – guerres d’Indochine et d’Algérie notamment – la France n’a sans doute jamais été confrontée à des menaces aussi diverses, intenses et durables. À cet égard, la menace terroriste est la plus préoccupante de toutes, ainsi que l’ont tragiquement rappelé les attentats que notre pays a subis aux mois de janvier et de novembre 2015. Elle n’est toutefois pas la seule. (…)”

Lire le rapport intégral ici.