Le camp de la Valbonne précède les aspirations de COP21…

La Valbonne est le deuxième site militaire d’envergure de la région sud-est à bénéficier d’une rénovation énergétique globale. Résultat : – 41% d’énergies consommées.

Après le quartier « Roc Noir », à Barby (73) en 2014, le camp militaire de La Valbonne (01) reçoit, le jeudi 3 décembre 2015, le certificat ISO 50001, récompensant son nouveau système de management de l’énergie, développé dans le cadre d’un contrat de performance énergétique (CPE) signé entre le service d’infrastructure de la Défense (SID) et ENGIE Cofely, filiale du groupe ENGIE.

Ces nouveaux équipements éco-responsables ont comme objectif de garantir une performance énergétique et une qualité de service et de confort accrues au profit de ses 3 000 personnels. La Valbonne, qui s’étend sur une superficie de 1 500 hectares, abrite notamment le 68e régiment d’artillerie d’Afrique (RAA), le régiment médical de l’armée de Terre, le centre de formation opérationnelle santé (CeFOS) et le centre d’instruction élémentaire de conduite (CIEC).

Réalisés en 19 mois, les travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique, conduits par le SID, ont permis de remplacer l’ancien système de chauffage au charbon, datant des années 1960, par des installations décarbonées permettant également de réduire la facture énergétique du camp.

Les militaires de la Valbonne disposent désormais d’un meilleur confort thermique et de conditions d’entraînement plus optimales.

valbonne

Quelques chiffres :

– 41% : diminution de la consommation énergétique du camp avec les nouveaux équipements

35 % : part des énergies utilisées seront d’origine renouvelable

700 000 euros : économie annuelle dégagée

12 millions d’euros : coût total des travaux réalisés au titre d’un contrat global de performance énergétique incluant l’investissement, l’exploitation et la maintenance des installations par ENGIE Cofely.

22 : nombre de bâtiments énergivores rénovés et isolés (les ateliers de maintenance, le gymnase, la piscine ou encore le poste de police)

4,6 mégawatts (MW) : puissance totale de la nouvelle chaufferie mixte bois-gaz, remplaçant les chaufferies charbon, gaz, ou fioul précédemment en place ;

15 km : longueur du réseau de distribution de chaleur enterré

72 : nombre de sous-stations de réseau de chaleur rénovées ou crées

Mais aussi :

– Mise en place d’un réseau de communication par fibre optique, piloté à distance, permettant de chauffer les bâtiments en fonction de leur occupation.

Droits : SGA-COM